blog famille femme grossesse hiver lifestyle Non classé

J’aime pas être enceinte en hiver

grossesse hiver enceinte

Vous la voyez venir, la complainte de la femme enceinte en hiver? C’est moi, avec mon ventre énorme, ma démarche de pingouin et mon souffle court quand je monte mes quatre étages sans ascenseur. Celle qui ne rentre plus dans ses jeans de grossesse et qui stocke des réserves de graisse dans ses joues. Surement parce que c’est l’hiver, que ça caille et que c’est quand même plus pratique pour camoufler les petites poignées d’amour. Ah oui vraiment?

Ayant vécu une première grossesse estivale très agréable, canicule comprise (le fameux baby boom du nouvel an), je m’étais imaginé que cette fois-ci, ça serait certes différent, mais au moins que j’aurais connu les avantages et les inconvénients des deux options. Mais en fait, je me suis rendue compte qu’il n’y a AUCUN avantage à être enceinte pendant la période hivernale. BIM.

J’avais imaginé une grossesse cosy, tu vois, avec cette image de moi emmitouflée dans un gros plaid blanc, en train de tricoter de la layette dans un fauteuil, les pieds dans des chaussettes en laine alpaga et une tasse de chocolat chaud fumante, caressant mon ventre arrondi comme dans une publicité pour yaourt digeste. Je m’étais dis que j’allais me gaver de bonnes raclettes sans la charcuterie ou de fondues savoyardes sans le vin blanc, mais c’était sans compter mon aversion totale pour l’odeur de fromage en cette période de grands bouleversements hormonaux.

Oui parce que la grosse arnaque dans tout ça, c’est bien la bouffe. Déjà que tu ne peux rien manger pendant les fêtes de fin d’année, à part une bonne dinde farcie aux marrons MAIS sans armagnac ni cognac ni tous les trucs se terminant par gnac, tu prends sur toi et te dis que au moins tu éviteras de t’empiffrer, vu qu’il n’y a rien à manger pour toi. Les toasts tartinés de mayonnaise? Non merci. Pas de foie gras, de toute façon je boycotte. Saumon fumé? Hors de ma vue. Huîtres, coquillages, fruits de mer? Boudiou vous voulez me faire pleurer hein? Moi qui attends toute l’année pour m’en mettre plein la panse de ces fins délices. Je file terminer mes samoussas au bœuf trop salés et mes plantains frits pleins d’huile loin de vous et de vos coupes de champagne brut bandes de tortionnaires. Moi et mon sirop de framboise pétillant acheté au rayon enfant de chez Hema on vous emmerde. Na. Ahh comme je regrette les bons fruits d’été bien juteux et sains, les cerises, les melons, les pastèques et les figues…

Et puis quand je me connecte sur Instagram mais qu’est ce qu’ils me font chier les gens avec leur toast avocat-saumon-mayo ils se sont tous donnés le mot ma parole _mais allez mourir! Et c’est là que tu te rends compte que, quand même, les chocolats fourrés à la liqueur, c’est pas si mal finalement. Ça a l’air drôlement bon mais pourquoi j’en ai envie maintenant? Tu veux profiter de l’ambiance festive, tu fais le marché de Noël dans la foule (tu te sens serrée) dans le froid et tu ne peux même pas prendre ce verre de vin chaud qui sent si bon comme chaque année. Ha tout de suite tout a beaucoup moins de charme et le gâteau cuit à la broche du stand d’à côté te parait bien sec. Et lorsque, le dimanche matin bien au chaud chez toi avec ta famille, tu te délectes d’avance en préparant un brunch, ton enthousiasme retombe bien vite quand tu te souviens que toi tu n’as pas le droit au traditionnel œuf à la coque. Bon ben café alors. Ah oui mais non, il faut que tu limites ta conso de café. VDM.

Tu sais que c’est ridicule mais alors tu te demandes pourquoi mais pourquoi ça me met autant en rogne, ces histoires de bouffe? Et c’est là que tu te rends compte compte que t’es vraiment une fille gourmande. Surtout pendant les fêtes. Et que tu aimes les traditions. Ces petites habitudes qui font le charme de l’hiver, ces petits plaisirs qui réconfortent, déjà que c’est pas ta saison préférée à la base, t’y as pas le droit cette fois-ci, et c’est nul.

Mais passons. C’est du passé. C’est pour la bonne cause. Si seulement il n’y avait que ça?

Mais non. Ce dont tu ne te doutais pas, c’est que ton portefeuille allait douiller. Triplement douiller par rapport à ta précédente grossesse. Parce que s’habiller en hiver, ça coûte très cher. Mais alors habiller une femme enceinte en hiver, c’est juste la ruine quoi. Quand, pendant l’été tu te pavanes en robe longue en montrant tes jolies formes, tout le monde te dis que tu as bonne mine, et comme tu as l’air épanouie, et qu’est ce que ça te va bien la grossesse et patati et patata. C’est le kiffe. Tu te sens gracieuse, aussi simplement vêtue. Quand t’as trop chaud tu te mets à poil ou tu plonges dans une piscine. C’est sensuel tu vois. T’as l’impression d’être une Nana de Nicki de Saint Phalle, sans complexes. Tu n’es pas obligée de cacher à tout le monde ta magnifique chevelure boostée à la kératine de grossesse sous des bonnets et des foulards. T’es une vraie sirène. La demie pointure de plus que tu as pris parce que tes pieds ont gonflés ne se voit même pas parce que tu mets des sandales ouvertes toute la saison, les mêmes que d’habitude. Et pour couronner le tout tu as le plus beau décolleté du monde, et ça se voit. Tu resplendis sur les photos ensoleillées, et tout ça presque gratuitement.

La grossesse en hiver c’est une autre paire de manche. Si tu veux avoir l’air de quelque chose quand tu sors dehors sans pour autant attraper une pneumonie, tu vas devoir t’équiper un minimum. Un manteau de grossesse, des collants de grossesse, des pantalons de grossesse dans lesquelles tu vas te sentir boudinée toute la saison (et que tu vas devoir racheter à la fin parce que mal coupés), de nouvelles bottes aux pieds parce que cette demie pointure en plus tu la sens passer quand tu as des chaussures fermées, ça chiffre vite. Il va falloir choisir entre avoir chaud dans ses vêtements et se sentir belle. Et comme tu sais que ça n’est pas le moment de chopper la grippe, tu vas préférer ressembler à un bonhomme bibendum sous tes couches de vêtements qui enroberont ton gros bidou. Tu ne te sentiras pas glamour du tout. Chaque jour, il te faudra prévoir le temps de t’habiller de te contorsionner  si tu ne veux pas être en retard à tes rendez-vous. Et tu souffriras de crampes aux orteils à faire trop d’efforts pour faire rentrer ton pied dans tes satanés collants qui te collent tellement rhaa c’est désagréable! On va dire que c’est comme une préparation pour la suite, quand bébé sera là. Ça fera quatre kilos de fringues à porter en plus de ton surpoids, merci. S’habiller enceinte en hiver, c’est relou.

Et bien entendu tu seras obligée de faire un strip-tease à chaque fois que tu entres dans le métro en mode déboutonnage pour qu’on puisse voir ton bidou et que tout le monde saisisse d’emblée que OUI tu es enceinte pigé? Et ce n’est pas juste de l’aérophagie. Faites place motherfucker.

T’aimes la photographie et tu veux des jolies photos de grossesse pour garder de merveilleux souvenirs? Oublie. Dans tes rêves. Pas de belles virées dans un parc en plein air avec un grand soleil, pas de jolis looks de robes estivales parce que là, ça caille sévère. A moins que tu aimes te contempler en chapka parka informe et bottes qui te font des jambes de poney. Tu n’es pas en mesure de mettre tes bottines à talons pour avoir un minimum de contenance dans ta silhouette. Tu es condamnée à avoir des photos de grossesse en intérieur avec une luminosité pourrie, ou alors des photos de studio (rhaaa pardon mais je déteste).

Encore heureux que pour l’instant, on a eu un hiver plus que clément. Je te raconte même pas s’il se met à neiger, la grosse galère pour se déplacer. Et le verglas, c’est trop dangereux pour moi! Distraite comme je suis quand je marche dans la rue, c’est ma hantise (je connais trop de gens qui se sont cassés la gueule à cause du verglas!

Bref, vous l’aurez compris, j’aime pas, mais alors pas du tout être enceinte en hiver. Parole de mamounette, on ne m’y reprendra pas!

Sur ce, je vous laisse, j’ai hibernation.

Bisous!

19 Comment

  1. Très drôle ton article ! Il faut bien avouer, été comme hiver, que c’est pas toujours une partie de plaisir la grossesse… J’ai vécu les deux : frustation culinaire lors des fêtes de fin d’année et boudinage dans des bas de contention par 37°C ! Je ne sais pas ce qu’il y a de pire…

  2. J’ai souri en te lisant. C’est amusant comme chaque femme vit sa grossesse différemment. Et à chaque fois je crois. J’ai été enceinte à la même période que toi et malade de chez malade les trois premiers mois alors je n’ai pas vu le côté positif de l’été

  3. hi hi je me retrouve ! bon pour le coup j’ai pas connu de grossesse en été mais je connais ce dont tu parles :p parce que clairement la les fringues à 8 mois de grossesse ça devient vraiment compliqué. et les frustration à Noël oula la ce fut compliqué !!!! je crois qu’en fait quand il sera là je me ferai un bon repas pour rattraper :p
    mais par contre franchement une grossesse en été me ferait assez peur aussi parce que la chaleur j’ai déjà du mal en temps normal alors enceinte…grand dieu. déjà à la canicule de juillet j’étais dans mon 2ème mois avec les nausées et vertiges c’était génialllll !
    en tout cas beau billet bien drôle, je te souhaite une bonne fin de grossesse !!!

  4. J’en ai chié avec ma grossesse d’entre deux, j’ai accouché fin mai presque à terme mais bonjour les bouffées de chaleur et la rétention d’eau 🙂
    J’ai aussi passé les fêtes de fin d’année enceinte mais pour le coup zéro frustration : je suis pas particulièrement attachée à l’alcool (même si à l’occasion un petit verre de blanc ou de cidre n’aurait pas été de refus ^^) et étant végétarienne la grosse majorité des aliments « interdits » je ne les mange déjà pas. C’est d’ailleurs là que je me dis qu’on gagnerait tous à laisser plus de place au végétal pour la fin d’année car quand je vois des futures mamans désespérées de se priver alors qu’il y a tant d’options succulentes et festives ça me fait un peu mal aux fesses :p

  5. HAhahaha tu mas tuée avec ton article. Très bien écrit.
    Même si du coup je comprends bien que ça ne doit vraiment pas être facile pour toi en ce moment. Courage ma belle. j’espère que tu est bientôt à terme. C’est pour la bonne cause comme tu dis. Gros bisous.

  6. Un article très parlant pour moi car je suis aussi dans la dernière ligne droite. Mais bon on ne choisit pas vraiment quand la grossesse va démarrer. En décembre, mon gynécologue m’a dit de ne pas trop prendre de poids et donc de ne pas trop m’empirer à Noël; il est vraiment trop drôle. Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :